Châtel-Censoir-sur-Orchidées et Bergamote

18 novembre 2017

Le voyage de Bergamote jusqu'à Châtel-Censoir-sur-Orchidées , arrivée du papillon dans l'Yonne.

dessins papillons et circuits

Me voici revenu à Châtel-Censoir ! si vous le voulez bien, je vous invite, avant de parcourir les nombreux chemins qui sillonnent le territoire de la commune, à découvrir ensemble les orchidées du cru !

J'en ai recensé 23 sortes jusqu'à aujourd'hui, et je compte bien en butiner d'autres, notamment le limodore à feuilles avortées, qui aurait été vu il y a quelques années aux environs du Bois Ducat. Je ne l'ai pas encore "redécouvert" .... mais depuis deux ans maintenant, je survole cet endroit en long,en large, en travers .... et je reste persuadé d'apercevoir au début de sa pousse, cette sorte d'asperge qui n'en est pas une ! D'ailleurs, regardez vous-même, on ne peut pas manquer une telle beauté ! cette photo a été prise sur le site Natura 2000 de Fontenay-près-Vézelay.

En 2011, j'écrivais cela, depuis, j'ai déménagé en Moselle, et je suis revenu à Châtel-Censoir. Je vais donc continuer à prospecter, à fureter et voleter du côté du Bois Ducat pour "redécouvrir" ce limodore...

 

pyramidales

 

pyramidales

 

Une autre orchidée est à connaître, elle est présente sur la commune de Bleigny-Le-Carreau, mais non sur Châtel-Censoir, je vous présente la platanthère verte :

 

pyramidales

 

L'ophrys araneola, quant à elle, est présente sur la commune de Chitry-le-Fort,la voici :

 

 

pyramidales

 

dessins papillons et circuits

 

Après ce long et agréable voyage, Bergamote se pose à Châtel-Censoir

 

pyramidales

 

pyramidales

 

 

 

 

Posté par ChatelBergamote à 18:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 novembre 2017

avant d'arriver dans l'Yonne avec le voyage de Bergamote jusqu'à Châtel-Censoir sur Orchidées

 

Ah ! mille fois hélas ! Je n'avais pas consulté, avant de partir, le document du patrimoine naturel en Lozère et ses sites Natura 2000 ... Dommage, car j'aurais pu aller y découvrir les sabots de Vénus, la plus grande orchidée sauvage de France. Plante vivace de 15 à 60 centimètres de haut, cette orchidée possède un labelle (le troisième pétale) de couleur jaune vif, en forme de sabot. "Une des origines de ce nom serait : Vénus, découverte par un berger, s'enfuit , abandonnant dans sa fuite un sabot d'or. Le berger voulut le ramasser, celui-ci alors, disparut. A sa place poussa une orchidée, la sabot de Vénus."

A défaut des sabots de Vénus des Gorges du Tarn, nous allons faire une incartade photographique pour découvrir les sabots de Vénus de Bourgogne, que j'avais admirés précédemment du côté de Moloy en Côte d'Or. C'est également un site Natura 2000, donc protégé, car cette orchidée, plus que les autres, souffre de la bêtise humaine, de l'orgueil de l'homme à vouloir posséder pour lui seul les plus belles choses de la nature et pour ce faire, déterre à tout va ces superbes fleurs pour les transplanter dans son jardin ... Malheureusement pour l'orchidée, une fois déterrée et replantée en terrain inconnu, elle meurt, car la symbiose terre/mycelium n'existe pas là on l'a mise !

"les orchidées sont toutes mycorhizées dans des conditions naturelles et les champignons forment parfois aussi des symbioses ou sont en interaction avec d'autres espèces végétales, herbacées ou arbustives. La reconstitution des facteurs liés au sol ne suffit donc pas à favoriser leur présence, le cortège floristique joue aussi un rôle non négligeable. La voie la plus simple pour avoir des orchidées chez soi est donc de pratiquer une gestion de son jardin et quelques-unes des innombrables graines produites par les espèces spontanées de la région y donneront des plantes tôt ou tard."

lozere

lozere

lozere

 

Avant de revenir sur Châtel-Censoir, je vous propose un petit tour dans les Gorges de l'Enfer. Elles se situent au nord de Marvejols, en se dirigeant vers le Roc de Peyre et Montchiroux.

Ces gorges sont moins impressionnantes que les Gorges du Tarn, mais la vallée étant plus étroite, c'est une sensation d'étouffement qui nous domine jusqu'à ce qu'on passe au pied du Roc de Peyre, dernier promontoire avant le plateau couvert de sapins, les talus couverts de myrtilles.

 

lozere

lozere

 

Le vent et la pluie avaient décidé de compliquer mon envol ! Mais je persévérai et fus récompensé, non pas par le nombre d'orchidées découvertes, mais par une vision de qualité, celle d'une fluette et gracile dactylorhiza maculata !

Toute modeste, dans ce tapis de mousse, elle avait presque l'air de s'excuser d'occuper le terrain, alors que je n'avais d'yeux que pour elle, son rose délicat s'harmonisant si bien avec cet environnement tout de verts vêtu ....

 

suite

suite

Posté par ChatelBergamote à 21:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2017

toujours en Lozère avec le voyage de Bergamote jusqu'à Châtel-Censoir sur Orchidées

J'y ai même rencontré la dactylorhiza fuchsii !

lozere

 

En remontant sur Aubrac, à 1300 mètres d'altitude, c'étaient les dactylorhiza majalis qui rivalisaient avec les narcisses.

lozere

lozere

 

Tandis que sur les talus de l'entrée du village, juste à côté des chevaux, resplendissaient les orchis mascula.

lozere

lozere

 

Puis un peu plus loin, les dactylorhiza sambucina de couleur jaune et grenat.

lozereTrès grande

dessins papillons et circuits

 

Maintenant, je vais vous emmener dans les Gorges du Tarn, en passant par le Causse de Sauveterre.

"Les Causses, terres de calcaire, sont entaillées en profondeur par les Gorges du Tarn et de la Jonte. Ils forment un ensemble naturel grandiose, avec une architecture surprenante de rochers sculptés tels des villages en ruine et leurs immenses troupeaux de brebis".

Un vent à décorner les béliers soufflait sans trêve, mais qu'importe, je voulais faire une halte avant d'atteindre ce causse aride aux arbustes rabougris. Je m'arrêtai dans un bois aux essences faites de sapins, de chênes. Il était clairsemé et les orchis militaris s'y étaient développées, bien à l'abri de leurs amis les arbres. Elles avaient grandi incroyablement, s'étaient épanouies au point de devenir géantes !

lozere

A côté d'elles, les cephalanthera damasonium commençaient leur floraison.

lozere

 

Un arrêt sur le Causse avant de redescendre sur Sainte-Enimie me permit de voir deux pauvres orphelines, qui résistaient tant bien que mal aux assauts répétés du vent, c'étaient l'anacamptis pyramidalis et l'himantoglossum hircinum.

lozere

 

Posté par ChatelBergamote à 19:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2017

en Lozère avec le voyage de Bergamote jusqu'à Châtel-Censoir sur Orchidées

 

Sans titre

le village AUBRAC

 

Depuis mon nid de base en Margeride, j'ai pu faire quelques incartades du côté de l'Aubrac (le plateau dénommé ainsi), plus particulièrement entre Nasbinals et Aubrac (le village), par lequel transitent les pèlerins qui se rendent à Saint-Jacques de Compostelle depuis Le Puy en Velay.

Sans titre

le village Aubrac

 

En cette période de début juin, il m'était indispensable d'aller voir les champs de narcisses fleuris mêlés aux orchidées !

Sans titre

 

"L'Aubrac, terre de basalte, est une immense prairie d'altitude, parcourue de rivières, parsemée de lacs. Les pâturages sont entourés de murets de pierres. Les buronniers, pour perpétuer la convivialité de ce pays, y préparent la tomme, ingrédient de base du fameux aligot, grâce au lait goûteux de la vache d'Aubrac. "

Mon regard partait sur l'infini, apercevant au loin, sur le faîte d'une hauteur, une bâtisse qui ressemblait à une maison de poupée, (c'était le buron) avec, alentour, des troupeaux de vaches rousses, dont les sonnailles lointaines venaient jusqu'à moi. Leur couleur était douce sur les verts changeants de la prairie.

DSC05690

Sans titre

Les sentiers parcourant ces pâturages étaient bordés de blocs de pierre réhaussés par des clôtures en fil de fer barbelé, le tout décoré par les touffes de genêts en fleurs. De temps en temps, un pèlerin avançait sereinement sur un de ces sentiers.

Sans titre

 

Quiétude infinie dans ces grands espaces, j'en avais oublié toutes les horloges du monde et je serais bien resté là jusqu'à la nuit des temps !

Ramenant doucement mon regard vers la tourbière devant laquelle je m'étais arrêté, une envolée de couleurs nouvelles flattait mes sens, du blanc pour les narcisses, du jaune pour les genêts, du violet et du jaune pour les violettes des sudètes, du rose pour les dactylorhiza et toutes les nuances de vert des graminées, des aiguilles de sapins, des mousses et des gentianes qui n'étaient pas encore fleuries.

Sans titre

Sans titre

Sans titre

Posté par ChatelBergamote à 21:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2017

Le voyage de Bergamote jusqu'à Châtel-Censoir-sur-Orchidées (suite) en Lozère

Le lendemain, juste avant de me faire mouiller les ailes par une petite pluie fine, j'eus le temps de parcourir une prairie de fauche en bordure du Coulagnet, ruisseau tumultueux qui passe à Marvejols, sans être autrement inquiété par la Bête du Gévaudan qui sévit dans cette région de 1764 à 1767,et qui a été immortalisée en 1958 par le sculpteur Emmanuel Auricoste.

 

Sans titre

photo du site www.petit-patrimoine.com

Le long de ce ruisseau me sont apparues des cephalanthera damasonium et des listera ovata ou listères ovales.

 

Sans titre

 

Dans la prairie le long du Coulagnet, je fus également attiré par une autre fleur, ça n'était pas une orchidée, mais ce géranium des prés était trop joli pour ne pas l'immortaliser par cette photo !

 

Sans titre

J'avais déjà vu les cephalanthera damasonium dans le parc d'un château de Marvejols, le sous-bois se trouvait un peu surélevé et je voletais au ras de ce sous-bois, quand, dans un trou de la haie, je les ai aperçues. Voici donc les premières orchidées de ville que je découvrais en Lozère.

à Châtel-Censoir, on ne découvre ces dernières qu'en sous-bois, quoi que ...??? celles de mon amie qui parle aux fleurs poussent bien dans son terrain, quasiment dans le bourg ! on les verra un peu plus loin.

 

 

Sans titre

 

Sans titre

 

 

 

 

Enregistrer

Posté par ChatelBergamote à 17:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 novembre 2017

La suite du voyage de Bergamote jusqu'à Châtel-Censoir-sur-Orchidées

**   la LOZERE   **

Grande

dessins papillons et circuits

Grande

Bon, nous sommes partis ? Allez, encore un peu plus à l'ouest, vers la Lozère via les Vans, Villefort et Mende, avec l'arrivée à Marvejols, "une des reines de la Margeride, Terre de granit, terre des silences, havre de paix dans une nature ponctuée de verdure, de belles forêts, d'eaux vives,parsemée de blocs de granit ovales ou ronds, polis par le temps, posés comme d'immenses troupeaux."

 

Sans titre

 

Avant d'arriver en Margeride, il m'a fallu prendre mon envol pour arriver jusqu'à Villefort, j'y ai admiré son lac et au fil des talus visités, voici mes trouvailles :

Des  dactylorhiza sambucina à fleurs jaunes ou rouges, ou orchis sureau, défleuries, ainsi que des orchis mascula ou orchis mâles.

 

Sans titre

 

Marvejols, la porte du Soubeyran

Sans titre

J'avais les ailes fatiguées en arrivant à Marvejols, mais tout de même, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller voir du côté de Lachamps, à environ 900 mètres au-dessus de Marvejols, pour y trouver d'autres orchidées.

Je ne fus pas déçu en voyant sur le talus du bord de route des dactylorhiza majalis ainsi que des dactylorhiza maculata en pleine floraison, s'épanouissant entre le fossé alimenté par les nombreuses sources qui existent en Margeride et le talus boisé de sapins, tapissé d'aiguilles et de mousse. Elles étaient pour les premières, d'un rouge grenat, pour les secondes d'un rose délicat, ces deux couleurs tranchant agréablement sur le vert vif du tapis herbeux.

 

Sans titre

 

Enregistrer

Posté par ChatelBergamote à 17:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2017

La suite du voyage de Bergamote jusqu'à Châtel-Censoir-sur-Orchidées

Il faisait beau et chaud. J'eus envie d'aller voleter du côté du bois de Païolive. C'est un bois, avec des chênes-verts, des chênes pubescents, des buis, des genévriers, des genêts, des châtaigniers, mais sa particularité réside dans le fait que ce bois n'est pas seulement peuplé d'arbres, ce qui serait tout à fait normal. Il repose sur des ruines pétrifiées, des blocs de calcaire érodés, des failles avec des voûtes, des labyrinthes, des sculptures naturelles et le dessus de ces blocs érodés en fonction de la dureté du calcaire, ressemble à des vaguelettes figées dans le temps .... pas de mouvement, pas de ressac ! regardez !

 

DSC05244

 

DSC05253

 

DSC05330

 

 

 

 

DSC05365

DSC05370

DSC05374

DSC05387

DSC05400

 

Ce bois couvre une superficie de 1668.65 hectares dans lequel la faune et la flore sont largement représentés en espèces rares. Il constitue une réserve protégée. Découvrez les sites sur internet :

www.lieux-insolites.fr/paiolive

www.rhone-alpes-ecologie.gouv.fr

J'ai beau être un papillon, je n'apprécie pas trop les hauteurs abruptes. J'ai préféré suivre le sentier conduisant à l'Ermitage Saint-Eugène plutôt que de risquer de me briser les ailes du haut des falaises à-pic des gorges du Chassezac.

DSC05332

DSC05334

 

En montant à l'Ermitage, qui est antérieur au Xème siècle, mais qui ne fut reconstruit et réoccupé qu'à partir de 1994 par un ermite ordonné au monastère de Citeaux, bien sûr, j'y ai vu l'himantoglossum hircinum et l'anacamptis pyramidalis.

DSC05272

DSC05350

 

DSC05257

 

100_4729

 

Mais sur une petite surface enherbée, entourée de murs de bloc calcaire ressemblant fortement à nos enclos de Châtel-Censoir, non loin de l'Ermitage, trois petites épipactis m'ont fait un clin d'oeil.

Elles n'étaient pas fleuries, aussi il me fut difficile de les identifier à coup sûr, mais je serais porté à croire que ce sont des épipactis muelleri ou épipactis de Muller.

DSC05271

DSC05226

 

Avant de quitter l'Ardèche pour la Lozère, j'ai cherché les orchidées sur le village du Rouret, où les orchis purpurea étaient défleuries, tandis que les anacamptis pyramidalis commençaient leur floraison.

 

 

Enregistrer

Posté par ChatelBergamote à 19:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2017

Le voyage de Bergamote jusqu'à Châtel-Censoir-sur-Orchidées (suite)

 

De l’ancien site, il ne reste que quelques tours arasées du château avec son parc où des essences rares ont été plantées il y a plusieurs centaines d’années, tel ce hêtre pourpre ou encore cet autre arbre immense dont j’ai oublié le nom.

DSC05076

A

C’est dans ce parc que j’ai découvert la cephalanthera damasonium, ou céphalanthère de Damas défleurie, l’anacamptis pyramidalis ou orchis pyramidal et l’himantoglossum hircinum ou orchis bouc.

A

DSC05125

D’autres fleurs ornaient la garrigue alentour, le lin campanule, le glaïeul des moissons, l’hélianthème commun, la potentille printanière.

 

DSC05029

DSC05011

DSC05177

DSC05064

Enregistrer

Posté par ChatelBergamote à 21:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2017

Le voyage de Bergamote jusqu'à Châtel-Censoir-sur-Orchidées (suite)

 

Avant de quitter ces lieux magiques, plein de sérénité, j’imprégnai d’abord mes yeux aux mille facettes des mosaïques romanes exécutées en 1124, couvrant une surface de 72 m2 dans l’Abbaye, puis du panorama grandiose sur la vallée de la Durance.

DSC04597

DSC04522

 

J’aurais aimé aussi accéder à la bibliothèque riche de plus de

100 000 livres conservés sur plusieurs niveaux dans la roche creusée du

plateau.....

 

** L'ARDECHE **

 

Allez, en route, nous allons maintenant du côté de l’Ardèche, mettons le cap sur le nord-ouest et on traverse le Rhône.

Le soleil fut de la partie. J’étais heureux de voleter dans la garrigue, de butiner le thym, la

sarriette, le romarin en fleur.

Quel régal ! Quels parfums ! à quelques kilomètres de Ruoms, voici Le Rouret, joli petit village-vacances reconstruit entièrement en respectant le bâti traditionnel.

 

DSC05036

Enregistrer

Posté par ChatelBergamote à 19:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2017

Le voyage de Bergamote jusqu'à Châtel-Censoir-sur-Orchidées (suite)

 

 

Le sentier conduisant au prieuré était bordé par une chaume, une prairie d’herbes folles, mais quelle belle folie ! Et dans cette prairie m’apparurent les ophrys fuciflora ou ophrys bourdon, l’himantoglossum robertianum déjà rencontré sur le plateau de Valensole, et l’orchis purpurea ou orchis pourpre.

ophrys fuciflora 2

DSC04558

 

La platanthera bifolia, ou platanthère à deux feuilles m’avait interpellé en montant les lacets

du plateau, où la route a été consolidée par des arcs en pierre sèche, un peu comme celui de la rue de Montillot à Châtel-Censoir.

 

DSC04621

DSC04625

 

Enregistrer

Enregistrer

Posté par ChatelBergamote à 20:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]