De l’ancien site, il ne reste que quelques tours arasées du château avec son parc où des essences rares ont été plantées il y a plusieurs centaines d’années, tel ce hêtre pourpre ou encore cet autre arbre immense dont j’ai oublié le nom.

DSC05076

A

C’est dans ce parc que j’ai découvert la cephalanthera damasonium, ou céphalanthère de Damas défleurie, l’anacamptis pyramidalis ou orchis pyramidal et l’himantoglossum hircinum ou orchis bouc.

A

DSC05125

D’autres fleurs ornaient la garrigue alentour, le lin campanule, le glaïeul des moissons, l’hélianthème commun, la potentille printanière.

 

DSC05029

DSC05011

DSC05177

DSC05064

Enregistrer